Les Poilus Réunionnais de 14-18

 

96ème anniversaire de l’Armistice du 11 Novembre 1918

 

La commémoration de l’Armistice du 11 novembre 1918 est célébrée  à La Réunion comme sur l’ensemble du territoire national. Il s’agit de rendre hommage aux soldats morts pour la France.

Le 11 novembre 1918, la signature de l’Armistice marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale et la capitulation de l’Allemagne.

Le 11 novembre est devenu un jour de mémoire, un jour férié.

Partout en France et aussi à La Réunion, des célébrations sont organisées pour rendre hommage aux anciens combattants et aux soldats morts pour la patrie.

A l’occasion des cérémonies commémoratives de l’Armistice du 11 novembre 1918, le préfet de La Réunion Dominique Sorain a présidé une cérémonie du souvenir avec dépôt de gerbes au monument aux Morts à Saint-Denis.

 

Le 11 novembre 1918 : fin des combats et victoire des Alliés

 

Les plus jeunes ne se rappellent pas de tous les enjeux qui entourent cette date commémorative et qui marque la victoire des Alliés. L’armistice signée le 11 novembre 1918 met fin à la Première Guerre mondiale.

Cette guerre a commencé en 1914 a fait plus de 18 millions de morts et laissé des millions d’invalides.

Des soldats réunionnais ont aussi participé à cette guerre.

 

Un peu partout dans l’île, des célébrations commémoratives ont donc été organisées pour ne pas oublier les Poilus Réunionnais tombés lors de cette Première Guerre mondiale.

 

Cette année, la Première Guerre Mondiale fête son centenaire et une fois encore, tous ceux qui ont donné leur vie pour sauver la France ne doivent pas tomber dans l’oubli.

 

 

 

La stèle du Poilu de Cilaos inaugurée

 

En ce jour de l’armistice de la Guerre mondiale de 1914-1918, la statue de Joseph Ignace Rivière, un Poilu Réunionnais a été inaugurée à Cilaos.

 

Joseph Ignace Rivière  est né le 1er mars 1893 à Cilaos dans une famille qui habitait Brûlé Marron.

 

Joseph Ignace Rivière a 21 ans quand la guerre de 1914 éclate.

Les premiers partis de Cilaos au début de la guerre sont tous tués au front.

 

C’est l’année suivante que Joseph Ignace Rivière est déployé avec son frère. Il sera incorporé au 24ème Régiment d’infanterie à Perpignan.

En juin 1917, il monte pour la première fois au front à Lunéville (Lorraine).

Il sera chargé de porter un pli à travers une tranchée.

Le jeune Cilaosien y retournera ensuite dans les Vosges puis à Verdun.

Après l’Armistice, le Cilaosien ne pourra rentrer qu’en 1919.

Dans le bateau qui revient de métropole, la fièvre espagnole sévit, plusieurs membres de la famille du jeune Joseph Ignace Rivière en mourront.

 

Le reste de sa vie, il sera jardinier.

Joseph Ignace Rivière s'est éteint le 11 avril 1990, à l’âge de 97 ans dans sa ville natale à Cilaos.

 

11 Novembre 2015  : "Le poilu de Bourbon" : une statue en hommage aux combattants réunionnais

 

À l’occasion de l’Armistice de 1918, le préfet de La Réunion Dominique Sorain a  présenté une statue dédiée aux "poilus de Bourbon".

Afficher l'image d'origine

 

 

Hommage aux Réunionnais morts au combat

La statue du "poilu de Bourbon" a été dévoilée ce 11 novembre par le préfet.

Inaugurée au sein de la Caserne Lambert de Saint-Denis, la statue rend hommage aux Réunionnais morts au combat pendant la Première Guerre mondiale.

L’artiste sculpteur Marco Ah-Kem s’est inspiré de Jules Valentinois, un jeune Réunionnais de 25 ans, tué au combat d’une balle en plein front.

 

http://www.clicanoo.re/IMG/jpg/-1936.jpg   "C’est un jeune homme qui m’a pleinement intéressé. Suite à un travail pédagogique en partenariat avec deux collèges et un lycée au Tampon que j’ai réalisé Jules Valentinois, que j’ai intitulé "Le poilu de Bourbon". Il représente l’ensemble des poilus qui ont souffert, qui ont donné leur vie pour la France, pour nous".

 

Le devoir de mémoire reste important à La Réunion, malgré la distance qui sépare l’île des anciens champs de bataille de la Grande Guerre.

 

1 500 Réunionnais morts sur le front

"La guerre était loin, mais il n’empêche que 15 000 Réunionnais sont partis. 1 500 Réunionnais ne sont pas revenus. Ils sont morts sur ce front européen, sur les mers aussi certainement du monde entier où ont eu lieu les combats", souligne Dominique Sorain, préfet de La Réunion.



Réagir


CAPTCHA