La Guadeloupe

 

Posée sur l’arc des Petites Antilles, la Guadeloupe reste, vue d’avion, l’île la plus étendue, la plus belle aussi peut-être de l’archipel, à la fois battue par l’Atlantique et bercée par la mer des Caraïbes.


Mais la Guadeloupe, c’est en réalité plusieurs îles (7 en tout), à commencer par Karukera, comme on la nomme en créole, la partie principale, qui a la forme d’un curieux et gigantesque papillon végétal, à laquelle se sont adjointes des « dépendances » : les Saintes, Marie-Galante et La Désirade.


Les alizés l’auraient portée là, sous les tropiques, et cette indolente s’y serait plu - ne pouvant d’ailleurs plus bouger ses vastes ailes chargées de gommiers, de fougères, d’acomats-boucan et de palmistes-montagnes. Un vrai rêve de peintre obnubilé par le vert. Avec des touches d’orchidées...
Guadeloupe si douce, abandonnée : longues plages blanches de Sainte-Anne, plages noires de Trois-Rivières, anses bordées de mangroves et de cocotiers. Une île tropicale, grouillante et sonore de vie. Voici la pluie brève et brutale, et le vent qui monte - s’arrêtera-t-il ? Le cyclone, ici, est un monstre qui fait des ravages. Le volcan domine le paysage, Soufrière qui bouillonne, totem menaçant de la Guadeloupe, qui semble dormir pour l’éternité.


Oui, ce « confetti d’empire » est un monde à part et à part entière. Saint-John Perse, natif de l’île, la célébra dans son œuvre : « J’ai rêvé l’autre soir d’îles plus vertes que le songe où les navigateurs descendent au rivage en quête d’une eau bleue... »
Des plages, des cocotiers, du soleil bien sûr, sans oublier la plongée sous-marine. Les côtes guadeloupéennes offrent en effet de superbes fonds ... La preuve :

 

 

 

Source : http://www.routard.com/guide/code_dest/guadeloupe.htm

 

Pour en savoir plus :

http://www.guadeloupe-parcnational.fr/

http://www.cr-guadeloupe.fr/

http://www.cg971.fr/

 

 

10 Mai 2015 : Esclavage: Inauguration du Mémorial ACTe à Pointe-à-Pitre

 
 
 
 

Il est situé sur le site d'une ancienne usine sucrière où l’on pratiquait encore le travail forcé au XIXe siècle. Un lieu symbolique pour une date symbolique. En ce 10 mai, journée de commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage en France, François Hollande inaugure à Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, le Mémorial ACTe, un centre de mémoire et d'expression sur l'exploitation des êtres humains. Une trentaine de dirigeants africains et caribéens seront aux côtés du chef de l'Etat pour se souvenir.

 

Même si le Mémorial ACTe a mûri longuement en Guadeloupe, porté notamment par l’ancien ministre de l’Outre-Mer, Victorin Lurel, il ne porte pas uniquement sur la traite des Noirs entre l’Afrique et les Antilles, mais il raconte l’esclavage dans sa globalité, de l’antiquité à nos jours.

Et c’est d’ailleurs le sens du discours que prononcera François Hollande. L’esclavage, ce n’est malheureusement pas qu’une histoire du passé.

« Le combat n’est pas fini », a déjà répété plusieurs fois le président de la République française depuis son arrivée aux Antilles.

 

→ A (RE)LIRE : «Le Mémorial ACTe émane de la volonté des Guadeloupéens»

 

François Hollande sera donc aux côtés des présidents du Sénégal et du Bénin notamment. Ces 2 pays ont été pendant plusieurs siècles deux plaques tournantes du commerce triangulaire.

Puis il y aura aussi le président haïtien que François Hollande reverra mardi à Port-au-Prince. Haïti, le premier pays où fut aboli l’esclavage.

 

Polémiques

Voilà pour les intentions et les symboles. Mais ce projet de mémorial fait aussi grincer des dents. D’abord sur l’Histoire. Loin des logiques victimaires, le Mémorial ACTe rappelle que des Africains ont été complices de la traite négrière, une idée fortement contestée ici en Guadeloupe dans les milieux indépendantistes.

Puis il y a surtout la question du prix qui fait polémique. Le Mémorial ACTe a coûté 85 millions d’euros, une somme conséquente dans une île touchée par le chômage de masse et la pauvreté qui frappent pour l’essentiel les descendants d’esclaves.

 

Le Mémorial ACTe ouvrira ses portes au public le 7 juillet prochain.

 

► A (RE)ECOUTER : Le Mémorial ACTe, un lieu dédié à l’histoire de l’esclavage (Reportage Culture)

 


 



Réagir


CAPTCHA