Saint Barthélémy

Saint-Barthélemy, Saint-Barth pour les intimes wink, une autre île des Caraïbes.

Terre Française, dont les habitants ne paient pas d’impôts yes et facturent souvent leurs services en dollars, aux visiteurs américains surtout.


Quelques cocotiers viennent tout juste troubler la ressemblance avec les hauts de Ramatuelle. Saint-Barthélemy résiste aux tentations du tourisme de masse. Pas d’immeubles, interdiction de bâtir une maison plus haute qu’un palmier, prix très élevés, certaines maisons se vendent sans difficulté au prix d’un, et même plusieurs millions d’euros.


Les Saint-Barths, qui ne souhaitent pas voir leur terre prise d'assaut par des hordes de touristes, ont opté, dans les années 1960-1970, pour la sélection d'une clientèle plus fortunée. Pour le moment, le choix porte ses fruits. Devenue un véritable paradis pour milliardaires (depuis qu’un certain Rockefeller a débarqué en 1956), Saint-Barthélemy ne fait aucune concession. Pour le plus grand bonheur d’un petit nombre de privilégiés.


Le tour de l’île est bouclé en moins d’une demi-journée : forcément, elle ne fait que 25 km² ! Rien à voir, à l’exception d'un ou deux deux petits musées. Ici, on se repose. On fait quelques achats (de luxe, mais duty free). Un programme qui en vaut bien d’autres quand la nature est aussi belle.


En septembre 1995, Saint-Barthélemy a reçu une grosse claque du cyclone Luis qui l’a dévastée, malmenant ses plages. Heureusement, les traces ont été vite effacées. À vous d’en profiter, à condition d’en avoir les moyens...

 

 

Source : http://www.routard.com/photos/saint_barthelemy/83881-cote_sud.htm

 

Pour en savoir plus :

http://www.comstbarth.fr/



Réagir


CAPTCHA